In Situ n°19 – Les freins au développement de l’agriculture biologique dans l’Eurométropole de Strasbourg

Le secteur de l’agriculture biologique (AB) dans l’Eurométropole a connu un développement important au cours des 10 dernières années. Toutefois, son développement est inférieur à la moyenne nationale ou à celui de l’Allemagne. C’est pourquoi, dans cet article, nous avançons 4 freins au développement de l’agriculture biologique dans l’EMS.

Extrait de l’article

Actuellement, 200 exploitations sont présentes dans l’EMS. Ces terres agricoles représentent plus d’un tiers de la surface totale de l’EMS. La culture de céréales recouvre la majeure partie de ces terres (environ les trois quarts).
Depuis 2010, les surfaces cultivées en agriculture biologiques ont quintuplé : le nombre d’exploitations bio dans l’EMS est passé de 7 à 19. Ce développement de la filière biologique est en partie dû aux actions menées conjointement par la ville de Strasbourg, l’EMS, la chambre d’agriculture Alsace et l’Organisation Professionnelle de l’Agriculture Biologique en Alsace.

Malgré les efforts de déployés dans l’Eurométropole de Strasbourg, le bio représente seulement 2,1% de la surface agricole utile (SAU) en 2020. C’est un niveau plus faible qu’à l’échelle nationale (8,5%). De la même façon, en Outre-Rhin, l’AB est implantée dans le Bade-Württemberg de manière beaucoup plus importante (14% des SAU, 23,5% des exploitants).

Pour télécharger l’article complet : in Situ n°19 – Les Freins au développement de l’agriculture biologique

Bibliographie

Phu Nguyen-Van : économiste, Directeur de recherche CNRS, EconomiX, CNRS & Université Paris Nanterre
Anne Stenger : économiste, Directrice de recherche INRAE, BETA, Université de Strasbourg
Emilien Veron : Doctorant, CNRS, INRAE, BETA, Université de Strasbourg

In Situ n°13 – Les jardins partagés

Les jardins partagés : des expériences transformatrices et durables

N13_Jardins partagés PDF

Les résultats exposés dans ce numéro sont issus d’un travail de thèse réalisé sur les jardins partagés comme lieu de participation citoyenne et d’interrogation du rapport à la nature. Les jardins partagés étudiés naissent pour la plupart à l’initiative d’habitants qui s’organisent en associations, pour pouvoir s’occuper d’un terrain public assigné par la ville. Cet Insitu sera l’occasion d’exposer les rapports qui se construisent entre des initiatives « citoyennes » et les institutions locales dans le contexte strasbourgeois.

Un phénomène d’agriculture urbaine en expansion 

L’augmentation rapide de la population urbaine oblige à repenser l’organisation de la ville, en s’interrogeant sur les nouvelles formes que doit prendre l’espace urbain, sur les modes possibles de « l’habiter » et sur les modèles alimentaires des citadins. L’agriculture urbaine intéresse donc de nombreux acteurs dont les collectivités territoriales, les associations et les chercheurs.

Références bibliographiques :

Sachsé V.(2020) Les jardins partagés : des expériences transformatrices et durables, In Situ, n°13.

In Situ n°12- La collecte mobile de biodéchets à Strasbourg

La collecte mobile de biodéchets à Strasbourg

N12_Bioclou PDF

Vers une mise en œuvre du tri à la source des déchets alimentaires

Depuis l’adoption des premières collectes sélectives, à partir des années 1990, le tri des déchets est devenu un geste quotidien pour les citoyens (Barbier, 2002 ; Rumpala, 1999). Ce geste concernait initialement surtout les emballages, mais il s’est depuis considérablement complexifié. De nombreuses filières de collectes ont vu le jour et les usagers sont maintenant encouragés à trier leurs piles, leurs meubles, ou encore leurs ampoules usagées.

Pour répondre à l’objectif de lutte contre le gaspillage et à la promotion de l’économie circulaire, la loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte du 17 août 2015 impose aux collectivités de généraliser le tri à la source des biodéchets* d’ici 2025, et en particulier celui des déchets alimentaires. Dans le cadre de cette loi, la collecte sélective des biodéchets constitue l’un des leviers possibles de tri à la source (au même titre que le compostage décentralisé). Cette collecte est considérée comme l’une des plus délicates pour les services locaux de gestion des déchets, et ce pour différentes raisons : la mobilisation effective de la population et les matières collectées qui sont susceptibles de se dégrader et d’entraîner des nuisances (visuelles, olfactives, sanitaires).

Le dispositif expérimental « bioclou »

L’Eurométropole de Strasbourg (EMS) a lancé en juin 2018 une expérimentation, baptisée le « bioclou », visant à collecter les déchets alimentaires des riverains de la place Saint-Étienne dans l’hypercentre de la ville à l’aide d’un vélo-remorque.

Références bibliographiques :

Daniel F-J., Martin M.(2020) La collecte mobile de biodéchets à Strasbourg, In Situ, n°12.

In Situ n°9 – Les jardins partagés strasbourgeois : des abris pour la biodiversité ?

 Les jardins partagés strasbourgeois : des abris pour la biodiversité ?

N9_Biodiv PDF

C’est pour caractériser la nature dans la ville que les partenaires de la ZAEU explorent différents types d’espaces urbains et contribuent à en inventorier la biodiversité. Ainsi, en 2017 et 2018, plusieurs étudiants encadrés par des scientifi ques ont travaillé sur la faune du sol, la flore spontanée et les espèces cultivées des jardins partagés. En lien avec ce qu’ils ont pu observer dans ces lieux situés sur des espaces publics, mis à la disposition et gérés par des collectifs d’habitants réunis en associations (définition du « jardin partagé » d’après le Sénat, 2002), ils ont recueilli la parole des jardiniers concernant la biodiversité qu’ils y perçoivent.

Huit jardins partagés, parmi la trentaine que compte aujourd’hui l’Eurométropole de St rasbourg, ont été échantillonnés, entre mai et août 2018. Leur choix résulte d’une recherche de « représentativité » de la diversité sociale, environnementale et urbaine des jardins eux-mêmes (dimension et localisation par rapport au centre-ville) et des quartiers dans lesquels ils se trouvent (revenu médian mensuel des ménages, densité urbaine).

Référence bibliographique :
Glatron S., Valdez Achucarro I., Hardion L., Le Van Kim V. (2018) Les jardins partagés strasbourgeois : des abris pour la biodiversité ?,  In Situ, n°9.

Mise à jour le 1er décembre 2020

In Situ N°8 – L’agriculture hors sol, Émergence d’un groupe professionnel et essaimage

L’agriculture hors sol Émergence d’un groupe professionnel et essaimage

N8_agriculture_hors-sol PDF

Si dans les années 1990 et 2000 l’agriculture urbaine est souvent associée à l’installation de jardins partagés et à la volonté de maintien d’une agriculture péri-urbaine et de proximité, depuis quelques années des projets d’agriculture urbaine se développent sous des formes et dans des espaces variés. Ce type d’agriculture émerge avec des acteurs complètement nouveaux, qui n’exercent pas dans un cadre amateur
ou de hobby et qui ne sont pas non plus des « agriculteurs » au sens défi ni par les organisations professionnelles.

 

Mise à jour le 1er décembre 2020