Énergies, Pollution de l’Air, Climat

Les activités humaines et la consommation d’énergie qui en découle entraînent une pollution de l’air intérieur et extérieur. Cette pollution de l’air a des impacts localisés puisqu’elle atteint la santé des individus. Elle a également des impacts à l’échelle mondiale car elle est responsable du changement climatique.

Le groupe « air : pollution climat » vise à mieux expliquer les mécanismes responsables de la dégradation de l’air et du changement climatique, à proposer des solutions pour réduire les causes et les effets de ces problèmes environnementaux, et à optimiser les politiques environnementales.

Quatre thèmes scientifiques sont d’ores et déjà en place et sont abordés au travers de différentes actions :

La pollution de l’air intérieur et extérieur :
L’ASPA, le LMSPC (UMR 7515), les Hôpitaux de Strasbourg, l’Ecole des Hautes Etudes de Santé publique, le Laboratoire Image Ville Environnement (UMR 7362) travaillent depuis de nombreuses années sur des questions de pollution, associant l’impact du cadre de vie sur les pathologies. Ils développent des études aux design variés (individuel, groupes, unités de recensement, cohorte) ; développent ou utilisent les modèles numériques ; s’interrogent sur l’acceptabilité des populations etc.

Le traçage de la pollution de l’air : les objectifs sont de mesurer l’impact de la pollution anthropique (industrielle, trafic…) en milieu urbain, définir la part des zones urbaines sur la problématique de la contamination de l’environnement par les pesticides, et quantifier l’impact des retombées en zone urbaine sur la qualité des eaux. Pour cela, des méthodes doivent être élaborées pour identifier les différentes sources de pollution, localiser les panaches de dispersion et quantifier ces pollutions. Des procédés de chimie analytique, géochimie isotopique, de spectrométrie de masse sont utilisés.

Projet PEPS CNRS – Mesures isotopiques sur l’Eurodistrict

Les citadins et les politiques en matière de pollution/climat : Il s’agit de comprendre dans quelle mesure les citadins s’impliquent dans les politiques de réduction de la pollution de l’air, et comment développer des outils pour améliorer la « participation » citoyenne-citadine (communication, co-construction des savoirs, mode d’organisation,
aides financières…). Plusieurs disciplines (géographie, sciences-po, communication, sociologie…) s’impliquent dans ces questionnements. Des propositions de méthodes et de tests doivent être faites pour comprendre à quel type de communication la population est sensible, notamment en identifiant les différentes représentations de la pollution atmosphérique par les citadins ou des groupes d’individus.

Projet PIDUD – ACI Ville – Pollutions atmosphériques et représentations sociales

Dépenses énergétiques et ville durable : Ce volet se concentre essentiellement sur l’évaluation énergétique et la recherche d’aménagement urbain durable pour proposer des solutions
permettant d’atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement et le Plan Climat.

Projet ENVILLE : établir à l’échelle d’une ville un diagnostic de performances énergétiques et environnementales. État actuel et établissement de scenarii de développements urbains à différents horizons (2020, 2030, 2050), évaluation de leurs impacts sur les dépenses énergétiques et la pollution de l’air.

Projet OPERA : développement de méthodes permettant de mettre en œuvre à l’échelle locale des politiques économes d’amélioration de la qualité de l’air, harmonisées avec les actions nationales et européennes.