In Situ N°3 : Les citadins artisans efficaces du compostage collectif

En 2013, la ZAEU a financé une étude ethnologique sur le compostage collectif à Strasbourg. Cette étude s’inscrivait alors dans le cadre des travaux du groupe « Ecologiser ? » qui entendait évoquer les enjeux sociaux de la question environnementale urbaine. C’est en effet une évidence, la transition écologique questionne l’urbain, son infrastructure matérielle et son métabolisme, mais aussi sa gouvernance, et naturellement les pratiques et usages de la ville par les habitants. Qu’il s’agisse de déchets, de mobilité, d’eau…, ces habitants sont depuis une vingtaine d’années la cible d’un programme global de verdissement ou d’écologisation des modes de vie.
C’est en particulier le cas pour les conduites liées à l’élimination des déchets. Pour en limiter la masse à traiter, les citoyens sont en effet invités, voire incités à recycler, trier, composter. Quelles sont les motivations et les représentations des personnes qui compostent ?

Lire la suite

Mise à jour le 18 septembre 2019

In Situ n°4 : Capteurs passifs de l’ammoniac atmosphérique en zone urbaine

L’ammoniac provient essentiellement de certaines pratiques agricoles telles que le stockage et l’épandage des effluents d’élevage sous forme de lisiers et l’utilisation d’engrais azotés. Avec 650 000 tonnes en 2010, la France est le premier émetteur d’ammoniac de l’Union européenne et il est produit à 97 % par l’agriculture (CITEPA / Rapport SECTEN 2013) et à 77 % par l’élevage (principalement bovin, mais aussi avicole et porcin). Ces émissions ont un impact sur la qualité de l’air dans les zones urbaines. Les émissions urbaines de NH3 proviennent du transport routier et de certains processus industriels.

la commission CEN TC 264 « Qualité de l’air » envisage d’introduire la mesure de l’ammoniac dans l’air ambiant comme futur sujet de travail, dans l’optique d’élaborer un document normatif européen.

Lire la suite

Mise à jour le 5 juin 2019

In Situ n°5 : Tortues Exotiques Envahissantes dans l’Eurométropole

En 2017, la ZAEU a financé une étude exploratoire, à l’interface entre zoologie et ethnologie, sur les tortues d’eau douce présentes dans les parcs publics de Strasbourg. Cette recherche s’inscrit dans les réflexions relatives à la biodiversité urbaine. Depuis plus de 30 ans, ces animaux sont devenus familiers pour les usagers des parcs. Leur présence pose cependant question car la tortue de Floride et ses cousines exotiques potentiellement envahissantes sont soumises à réglementation : depuis 2004, leur vente est interdite, la détention et le relâché en nature de la tortue de Floride sont prohibé.

La présence de ces tortues dans le milieu urbain interpelle d’autant plus qu’un programme de réintroduction de cistudes d’Europe est en cours en Alsace.

Lire la suite

Mise à jour le 5 juin 2019

In Situ n°6 : Restauration fonctionnelle des habitats alluviaux dans la Réserve Naturelle de l’île du Rohrschollen

Le Rhin est l’un des fleuves les plus domestiqués d’Europe, notamment dans sa partie méridionale, entre Bâle et Iffezheim. Dans ce secteur, les aménagements ont débuté vers le milieu du XIXe siècle et se sont poursuivis jusqu’au XXe siècle. En moins de 150 ans, le paysage rhénan a radicalement changé.
L’île du Rohrschollen a fait l’objet d’un ambitieux projet européen de restauration (LIFE+) mené par la Ville de Strasbourg (2010-2015) pour remédier partiellement aux importantes altérations causées par ces aménagements. L’objectif est de restaurer la dynamique des habitats alluviaux du site, ce qui nécessitait de recouvrer des submersions dyna-miques (eaux courantes) et fréquentes calquées sur le régime hydrologique du Rhin (dès que le débit du Rhin excède 1 550 m3/s).

In Situ n°7 : Dépolluer les eaux pluviales en zone urbaine

Depuis 2006, l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) a entrepris des travaux de restauration/renaturation de douze cours d’eau traversant son territoire. L’objectif était de leur rendre une bonne qualité biologique, hydraulique et paysagère, en fonction des situations spécifiques de chaque cours d’eau.

L’Ostwaldergraben est un cours d’eau urbain phréatique de 7 km, affluent de l’Ill (figure 1). Sa source se situe à Geispolsheim Gare, rue de Paris, et correspond à une résurgence de la nappe d’accompagnement de l’Ill. L’Ostwaldergraben a été canalisé il y a une quarantaine d’années et était l’exutoire de nombreux réseaux séparatifs pluviauxVoir glossaireet de déversoirs d’orageVoir glossaire. Les évaluations réalisées en 2006 ont révélé une dégradation importante des milieux. La qualité chimique de l’eau était mauvaise à l’aval de l’ancienne tannerie, les sédiments étaient fortement pollués en chrome et en hydrocarbures, et la biodiversité du cours d’eau était très faible. L’Ostwaldergaben fait partie de ce programme de restauration/renaturation.

Lire la suite

Mise à jour le 5 juin 2019