Actualités

Site de l’Ostwaldergraben

Dépolluer les eaux pluviales en zone urbaine

Depuis 2006, l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) a entrepris des travaux de restauration/renaturation de douze cours d’eau traversant son territoire. L’objectif était de leur rendre une bonne qualité biologique, hydraulique et paysagère, en fonction des situations spécifiques de chaque cours d’eau.

L’Ostwaldergraben est un cours d’eau urbain phréatique de 7 km, affluent de l’Ill. Sa source se situe à Geispolsheim Gare, rue de Paris, et correspond à une résurgence de la nappe d’accompagnement de l’Ill. L’Ostwaldergraben a été canalisé il y a une quarantaine d’années et était l’exutoire de nombreux réseaux séparatifs pluviaux et de déversoirs d’orage.


Figure1. Situation géographique de l’Ostwaldergraben (Source : Google Maps)

Son mauvais état biologique était en partie causé par la surverse de rejets d’eaux pluviales.

Figure 2. Origine des polluants des rejets strictement pluviaux (d’après Chocat et al., 2007)

Galerie


Figure 3. Bassins versants et systèmes de traitement différents (Source : Google Maps)

Étudier le passé pour restaurer efficacement et durablement les grands fleuves

Dans le cadre d’un projet de restauration hydromorphologique conduit par la Ville de Strasbourg dans la plaine alluviale du Rhin supérieur (île du Rohrschollen), une recherche interdisciplinaire a été menée pour reconstruire la trajectoire temporelle multiséculaire de l’hydrosystème fluvial. Des analyses planimétrique, hydrologique, géomorphologique, géochronologique et physico-chimique ont été combinées entre elles pour optimiser l’efficacité et la durabilité de la restauration.

Pour cela, les chercheurs ont caractérisé le fonctionnement hydromorphologique de l’hydrosystème avant les aménagements du fleuve (forte mobilité latérale, diversité d’habitats aquatiques et riverains…), évalué les impacts des aménagements (importants dépôts de sédiments fins pollués au Zinc, en particulier le long des anciens chenaux latéraux du fleuve…), mis en évidence des risques potentiels à prendre en compte dans la restauration de grands fleuves (remobilisation de sédiments fins pouvant être pollués) et identifié les types de compartiments d’hydrosystèmes offrant un potentiel de fonctionnement élevé pour la restauration des chenaux latéraux de grands fleuves. Cette étude a été publiée dans la revue Hydrology and Earth System Sciences (HESS).

Lire l’actualité sur le site de l’INEE