Mobilité et Santé

Description

Pour le quinquennal en cours, le groupe Mobilité et Santé privilégie l’étude de l’exposition des populations à la pollution de l’air dans le cadre spatial de lieux d’activités quotidiennes. Les travaux porteront notamment sur des lieux  comme les écoles, les parcs urbains ou encore les espaces publics d’activité sportive. En parallèle, le groupe continuera à s’investir dans l’évaluation socio-environnementale des mobilités urbaines et les conditions d’une mobilité plus respectueuse de la qualité de vie des populations urbaines.

Les perspectives qui seront développées regroupent : i) la caractérisation de cette exposition en fonction du lieu et des cheminements vers celui-ci et ii) la fragilité des populations concernées.

Pour cela, il s’agira d’évaluer la configuration du lieu d’activité et de son environnement proche du point de vue morphologique (forme des rues…), fonctionnel (intensité du trafic notamment automobile, fonction présente, accessibilités du lieu d’activité et notamment modale) et des temporalités institutionnelles et individuelles des fonctions et des populations cibles. L’ensemble de ces éléments pourra être mis en relation avec les perceptions subjectives des populations et leurs pratiques effectives de mobilité.

La fragilité des populations, envisagée par exemple en fonction de leur appartenance à des classes d’âge différentes, mais aussi en termes de maladies chroniques, de difficultés sociales, de genre, pourra alors être mise en relation avec ces configurations.

In fine, les travaux fourniront des évaluations socio-environnementales des expositions et des mobilités urbaines. Ils permettront de proposer des recommandations (organisationnelles, sociales, aménagements…) favorisant la qualité de vie des populations urbaines.

Travaux en cours :

Projet (2019-2020) de Nicolas Durrheimer sur la pollution et la course à pied, mémoire staps encadré par Gilles Vieille-Marchiset et Christophe Enaux.

Projet Interreg SUMO-Rhine (2019-2021) – Faciliter la mobilité durable dans la région du Rhin supérieur, Projet Interreg, cofinancé par l’Union européenne – Fonds européen de développement régional (FEDER). Responsable : Kira Schumacher (DFIU-KIT.  Responsables au LIVE : Nadège Blond (CNRS) & Arnaud Piombini (UNISTRA).