Axe 3 : Diffusion des connaissances / ergonomie / interactions et articulations

Ce troisième axe porte sur la synergie des informations mobilisées (structuration, analyse, représentation et diffusion). Les utilisateurs de masses de données sur l’environnement — qu’ils soient scientifiques ou acteurs socio-économiques— sont fortement demandeurs de réponses méthodologiques à leurs questionnements thématiques sur la biodiversité, l’urbanisme, la gestion de l’eau ou autres, afin de tirer profit au maximum des données et outils mis à leur disposition pour les exploiter au mieux au lieu de les subir. Or, l’accès aux données et aux connaissances, mais aussi aux différents modes de traitements de celles-ci et aux outils associés requiert de la part de ces utilisateurs des moyens d’interprétation pouvant être propres à un domaine mais bien plus souvent communs à l’ensemble des utilisateurs de ces données.

S’il est absolument nécessaire de définir des standards et des moyens de partager ces données voire les outils et les résultats, il faut fournir aussi des « moyens » d’interaction supplémentaires pour faciliter la prise en main des outils ou pour expliquer comment les résultats ont été obtenus. Fournir ces « moyens » passe par des études approfondies à la fois sur l’ergonomie des interfaces, sur le partage et la modélisation de connaissances (à travers des ontologies par exemple), sur la visualisation des données et des connaissances extraites ou encore sur les techniques adaptatives d’interrogation de données, de recherche d’information, et de raisonnement.

Les travaux s’articulent à la fois sur les données en prenant appui sur les développements liés à une approche Big data (caractérisée par la vélocité, la variété, le volume et la véracité des informations) et sur leur usage par différentes communautés (recherche et acteurs) pour divers objectifs. La confrontation à travers cet axe transverse, des méthodes/concepts génériques issus de questionnements scientifiques « informatiques » avec les questionnements thématiques liés à la ZAEU ou encore des questionnements d’acteurs partenaires sera source de fertilisation croisée. L’objectif de cet axe est d’offrir le cadre permettant de favoriser celle-ci.