Axe 1 : Territoire en Transition / Ecologiser ?

Une réflexion pluridisciplinaire, globalisante et systémique est sans aucun doute nécessaire pour aborder les connaissances actuelles sur le changement global et en particulier climatique à une échelle locale. La sectorisation des savoirs et compétences, qui plus est entre acteurs différents, doit pouvoir être remplacée par une vision enrichie et plus efficiente dès lors que les thématiques sont abordées sous des angles variés, avec des objets sur lesquels une approche intégrée du système considéré peut être mis en place.

Voilà les questions concrètes qui interrogent aujourd’hui nos pratiques territoriales :

  1. En quoi l’évolution climatique locale est-elle perceptible ?
  2. Quels indicateurs peuvent être mis en place pour nous permettre de préparer et adapter la ville au climat de demain ?
  3. Comment prendre appui sur les événements locaux et vécus par tous pour développer un discours et une manière de concevoir la ville adaptée au climat de demain ?

Au-delà de la connaissance des mécanismes en présence sur les différents éléments que composent notre environnement (eau, air, sol, vivant), il est aussi nécessaire de représenter les interactions « société-nature », de qualifier leurs comportements (résilience, viabilité, robustesse etc.), d’en étudier les paradigmes et leurs évolutions (passage d’une économie fondée sur les énergies fossiles vers des énergies complémentaires de substitution) ou des modifications des systèmes de production etc.

Cette thématique recouvre un éventail large de visions possibles, il est prévu de privilégier l’évocation des interactions entre processus et mécanismes sociétaux à différentes échelles temporelles et spatiales en ciblant sur le changement climatique et ses effets sur les volets :

  1. naturels -modifications des processus (analyse des tendances sur le long terme des modifications de la température, des régimes pluviaux etc., augmentation des phénomènes extrêmes comme les crues et conséquences,
  2. socio-économiques –prévention et diminution des effets par exemple les canicules, les crues, modification des systèmes de production de l’agriculture périurbaine mais aussi de l’habitat, utilisation des ressources en eau etc.