Contribution des corridors fluviaux à la dynamique de la biodiversité végétale urbaine

Le milieu urbain se caractérise par des nombreuses différences avec les milieux agricoles et les milieux naturels (Clergeau, P.,Ville et Biodiversité, 2011). Il forme ainsi un système écologique particulier et complexe.

Des études globales comme des inventaires floristiques (Hoff, M. Inventaires floristiques à l’échelle de l’agglomération strasbourgeoise) montrent que certaines espèces s’installent en ville et s’y sont adaptées malgré des contraintes multiples. Néanmoins il est encore difficile de caractériser les influences propres à la ville sur la végétation.

Ce projet s’intéresse plus particulièrement au fonctionnement des corridors fluviaux. En effet, soumise à un étalement urbain croissant, la ville est de plus en plus fragmentée, isolant les espaces de nature, fragilisant la survie de la faune et de la flore en la séparant des milieux naturels environnants. Les corridors fluviaux, en tant que liaison avec les zones rurales, sont un enjeu pour la conservation et la gestion de la biodiversité urbaine.

Les objectifs de ce travail sont (1) d’étudier l’effet du gradient d’urbanisation sur la structuration des communautés floristiques le long de cours d’eau et (2) de vérifier si l’existence en ville de corridors fluviaux contribue efficacement à la dynamique de la biodiversité urbaine.

 

  1. Afin de mieux comprendre le rôle des corridors fluviaux dans la circulation et la dispersion de la biodiversité végétale, des pièges aériens adhésifs destinés à intercepter le flux de diaspores ont été installés le long des berges de la Bruche.
Pièges aériens
Pièges aériens

 

2. Deux types de pièges ont été fabriqués : les piquets sont soit munis d’ailettes soit recouvert d’un godet renversé.

Deux types de pièges
Deux types de pièges

3. Les pièges permettent d’intercepter le flux de graines selon 4 directions.

Flux de graines
Flux de graines